La Thaïlande, le pays du sourire éternel

Infos
En résumé, nous pouvons conclure que la Thaïlande est une excellente destination pour les jeunes mariés. Les Thaïlandais ont ça dans le sang de dorloter leurs hôtes. Le mot ‘spa’ a beau être belge, pour les traitements de haut niveau c’est ici qu’il faut être. Cet état de fait est intimement lié aux excellentes connaissances du personnel des spas, mais le cadre aussi mérite autant de points. Pour ce qui est de la qualité de l’hébergement, nous pouvons être brefs : les Thaïlandais ne badinent pas avec le concept du luxe.

La Thaïlande en un mot ? Unique ! La nature, la cuisine, la culture, l’histoire, l’hébergement et enfin, et surtout, les gens. Ce que l’Asie peut offrir de mieux, c’est ici que vous le trouverez. Loving You s’est rendu dans le pays du sourire éternel et en est revenu… un large sourire aux lèvres !

Ce que l’on dit sur les Thaïlandais est vrai : ils sourient toujours. Même quand ça va mal, ils préfèrent rire que de se faire du mauvais sang. Cette attitude positive a le don de très vite vous mettre à l’aise dans ce pays. Ce qui est plutôt bienvenu quand, après onze heures de vol, on débarque sur un autre continent, sous un tout autre climat.

Généralement, quand on se rend en Thaïlande, on prend l’avion pour Bangkok, la capitale. On a alors deux options : soit complètement ignorer la ville et pousser immédiatement jusqu’à sa destination finale, soit s’immerger un jour ou deux dans une des métropoles les plus uniques du globe. Ceci dit, il existe une troisième option : clôturer le voyage de noces avec une visite à Bangkok. Nous ne pouvons pas faire ce choix pour vous. Continuez toutefois à lire ce qui suit, car peut-être vous laisserez-vous tenter par un bref stop-over à Bangkok.

Mille choses à voir

Bangkok a tout d’une métropole typiquement asiatique : une animation endiablée, la chaleur, une circulation chaotique… Bangkok détient toutefois aussi une série d’atouts que la plupart des grandes villes n’ont pas : des gens toujours souriants, peu ou pas de mendiants tenaces, des endroits abordables où manger et toute une panoplie de moyens de transport bon marché.

Une chose est sûre : à Bangkok, l’ennui ne vous guette jamais. Surtout s’il s’agit de votre premier voyage en Asie. Il y a trop de curiosités laissant bouche bée la plupart des Occidentaux.

D’aucuns sont subjugués par les temples imposants, tandis que d’autres le sont plutôt par les ruelles où, jour et nuit, on peut se faire une pause casse-croûte. Car il faut préciser que les Thaïlandais ont une tout autre culture culinaire. Ainsi, on y mange surtout en rue et quasi continuellement. C’est pour cette raison que l’on trouve des endroits où manger littéralement dans toutes les rues. De quoi satisfaire le touriste aventureux qui ne recule pas devant des mets insolites. Pour ceux qui préfèrent ne pas prendre de risques et qui se bornent à trouver les étals de nourriture photogéniques, il existe toutefois de nombreux autres restaurants. La cuisine thaï mérite d’être recommandée, mais on peut aussi déguster des mets aux accents occidentaux. Rien n’est jamais cher, même dans les hôtels cinq étoiles.

Vue sur le fleuve

Nous passons la nuit au Millennium Hilton, au bord du Chao Phraya. Qui dit Hilton, pense hôtel pour hommes et femmes d’affaires, mais dans le cas du Millenium, rien n’est moins vrai, comme en témoignent le spa et le sauna joliment aménagés au rez-de-chaussée et le fitness moderne et la piscine en plein air au… quatrième étage ! Bien qu’on se trouve en plein cœur d’un Bangkok en perpétuelle effervescence, la piscine est un havre de paix. Les chaises longues baignent dans 10 cm d’eau, ce qui fait que même par un été torride, on y trouve un peu de fraîcheur. Les fanas du soleil peuvent compter sur un personnel attentif, qui est toujours prêt à leur présenter une boisson, quelque chose à manger, une serviette fraîche…

Les chambres du Millennium sont particulièrement luxueuses et offrent toutes une vue sur le fleuve et la ville. Le panorama est tout bonnement impressionnant ; ‘by night’ il l’est, si possible, encore davantage. Si vous souhaitez voir la ville en son entier, vous pouvez vous rendre au ThreeSixty (360) Bar au 32e étage. On y sert les meilleurs cocktails et zakouskis sur fond de musique de jazz en live.

Le ThreeSixty n’est qu’un seul des huit restaurants et/ou bars dans l’hôtel. À l’Hilton, on mange et on boit tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, tant oriental qu’occidental. Notre endroit favori est le Flow, un restaurant en plein air qui, comme son nom l’indique, borde la rivière. Ici, on mange à la carte ou on remplit son assiette à un des différents buffets richement garnis. Quatre cuisines ouvertes préparent des mets italiens, japonais, chinois ou thaïlandais. Spectacle garanti du côté de la section wok.

Bateau, taxi, métro, tuk-tuk

Bangkok offre évidemment bien plus que des hôtels luxueux. Depuis le Millenium, vous pourrez facilement explorer la ville. L’hôtel dispose en effet de son propre bateau, qui achemine les clients vers l’autre rive ou vers une des principales gares de métro de Bangkok. De là, des rames de métro modernes vous emmènent au cœur de quartiers encore plus animés. Si ce n’est pas pour faire du shopping, c’est sans doute pour sortir le soir, manger ou boire un verre.

Pour les hauts lieux principaux, vous n’avez même pas besoin de prendre le métro : bon nombre d’entre eux se trouvent en effet le long du fleuve Chao Phraya. Le plus facile, pour s’y rendre, le plus rapide et meilleur marché aussi, c’est en bateau. Un autre moyen de locomotion qu’il faut essayer est le tuk-tuk. Les tuk-tuks sont de petits scooters vifs comme l’éclair qui offrent de la place à l’arrière pour deux personnes assises côte à côte. Ils sont (maladroitement) bas, recouverts et abondamment décorés de lumières clignotantes. Attention toutefois de bien indiquer où vous voulez aller, car les tuk-tuks très bon marché ont souvent le don de s’arrêter – comme par hasard – chez un commerçant ami vendant des vêtements ou des bijoux. Souvent, vous n’êtes même pas encore à destination et si vous vous laissez facilement embobiner par un vendeur rusé, il vaut mieux être averti. En moins de rien, vous avez acheté un costume sur mesure. Ne vous laissez toutefois pas abattre pour autant, car à Bangkok ledit costume revient à moins d’un dixième de ce qu’il vous coûterait chez nous. Les bijoux, c’est une autre affaire : ne vous laissez tenter par l’or, l’argent et les pierres précieuses que si vous vous y connaissez.

Outre celles qui abondent dans la ville même, il existe aussi beaucoup de curiosités juste en dehors de Bangkok. Chaque hôtel peut vous aider à planifier vos excursions journalières. Vous voyagez en groupe ou seuls avec votre propre chauffeur. Cette dernière formule n’est même pas tellement chère et vous êtes assurés de pouvoir déterminer où vous vous arrêtez, et pour combien de temps. Les touristes qui, en bus, se rendent à l’intérieur des terres ne doivent pas s’étonner que le car ne roule pas du point A au point B, mais que, de façon tout à fait fortuite, il s’arrête (à plusieurs reprises) à des endroits où, de façon toute aussi fortuite, on vend des objets dits artisanaux. Rien n’est moins vrai, car il s’agit tout simplement de ‘pièges à touristes’. Pourtant, une telle excursion vaut bel et bien la peine, car certaines choses ne se voient nulle part ailleurs. Comme les marchés flottants de Damnoen Saduak. Dans ce petit village, vous pouvez faire votre marché sur l’eau. Là, vous ne trouverez pas d’étals, mais plein de petits bateaux sur lesquels sont étalées les marchandises. La plupart proposent aussi de petits mets cuits, étuvés ou frits. Un véritable régal pour les yeux, même s’il vaut mieux s’y rendre très tôt le matin afin de ne pas être piétiné par une horde de touristes. Tuyau : partez tôt le matin avec votre propre chauffeur et essayez d’arriver sur place avant 9 heures. Généralement, les bus bondés de touristes n’arrivent à Damnoen Saduak qu’après 9 heures.

Bangkok et ses environs ont donc énormément de choses à offrir en termes de curiosités. Munissez-vous d’un bon guide de voyage si vous comptez explorer Bangkok. Par contre, si vous venez pour être au calme, il vaut mieux poursuivre votre voyage jusque dans des endroits plus tranquilles au sud de Bangkok l’effervescente.

Design dépouillé à l’Aleenta

Depuis Bangkok, vous pouvez voyager vers le nord pour découvrir une nature et une culture fantastiques, mais peut-être préférez-vous plutôt aborder votre voyage de noces de façon un peu plus romantique. Nous avons pris l’avion de Bangkok à Phuket. Nous avons toutefois consciemment ignoré la ville de Phuket, tout simplement parce que ce n’est pas la destination idéale pour un couple de jeunes mariés. Bien sûr, vous pouvez toujours partir à la découverte de ce pôle touristique au gré d’une excursion d’un jour, mais croyez-nous sur parole : les endroits plus ravissants et romantiques se trouvent ailleurs.

Notre première escale est l’hôtel Aleenta, à une petite vingtaine de minutes de l’aéroport de Phuket et à 50 minutes de Phuket même. L’hôtel a vue sur la mer Andamane et est un havre de paix et de luxe sobre. Il présente un design minimaliste et ses chambres sont en fait des villas ou lofts spacieux. Dans les villas, vous avez le choix entre des ‘pool villas’ et des ‘beachfront villas’. Les villas avec piscine offrent le plus d’intimité ; pas moyen d’y jeter des regards indiscrets. La salle de séjour ouverte donne sur la propre piscine. Tout est aménagé sobrement et seuls les meilleurs matériaux sont bons assez pour les clients de l’hôtel. Prenez le linge de lit égyptien, qui est spécialement fabriqué en Egypte pour l’Aleenta. Même les matelas sont spécialement conçus pour l’Aleenta. Il y a un iPod avec station d’accueil pour une musique agréable (tuyau : munissez-vous aussi de votre propre iPod) et les villas disposent même d’un propre système de cinéma à domicile avec écran plasma géant. Si vous préférez ne pas regarder la télévision, vous pouvez opter pour un séjour dans un loft (deux étages, la chambre à coucher étant à l’étage). Le loft a tout ce dont dispose une villa, excepté qu’ici on a choisi de ne pas placer de télévision. Ce qui attire tous les regards, c’est la gigantesque fenêtre haute de deux étages. La fenêtre sépare le loft d’un propre solarium, qui à son tour jouxte une piscine toute sobre. Tout cela avec vue sur mer, évidemment.

Le spa de l’Aleenta est spécial. Tous les traitements ont un caractère spirituel. Si vous cherchez à littéralement conjuguer le verbe ‘se détendre’ au plus que parfait, vous êtes ici à la bonne adresse. Le calme est total : le seul bruit vient de la mer qui murmure à une dizaine de mètres. Les traitements se font à l’intérieur ou à l’extérieur et on vous donne aussi des explications sur les cours de tai-chi que vous pouvez suivre au lever du soleil. Vous préférez le yoga ? Même adresse.

Ce qui frappe aussi, c’est le calme qui règne dans cet hôtel. Il n’y a que 30 ‘chambres’, ce qui fait qu’il est rare que vous vous retrouviez dans un restaurant bondé ou que vous deviez patienter jusqu’à ce qu’une table se libère pour le petit déjeuner. Même au bar avec vue sur la mer, on peut facilement se blottir l’un contre l’autre. Et si ça n’est pas encore suffisamment romantique, vous pouvez toujours vous rendre sur la plage. Et pas une plage bondée ; il y a à peine quelques transats de l’Aleenta, car l’hôtel n’a pas de voisins.

Faire sa propre popote

De nombreux hôtels thaïlandais proposent des cours de cuisine, et l’Aleenta ne déroge pas à la règle. Le but est d’apprendre à cuisiner thaï ensemble et ensuite de tout manger avec votre partenaire. Ça vaut vraiment la peine.

Si vous avez envie de sortir de l’hôtel, vous avez le choix parmi d’innombrables excursions dans les proches environs ou au-delà. Pêcher, snorkler, louer son propre bateau ou un VTT, voire même partir en safari, voilà quelques activités parmi maintes autres. Bref, c’est vous qui dosez à quel point vous souhaitez être actifs durant votre voyage de noces.

Le Sarojin à Khao Lak

Si vous préférez tout de même avoir un peu plus de monde autour de vous ou au moins ne pas avoir le sentiment d’être les seuls occupants de l’hôtel, vous pouvez opter pour un excellent hôtel de luxe à Khao Lak. Le Sarojin se retrouve dans notre liste rien que pour les nombreux prix qu’il a pu récolter en cours de route.

Dès notre arrivée, nous voyons clairement pourquoi le Sarojin est tenu en si haute estime par ses clients. Non seulement nous recevons un verre de bienvenue et des serviettes rafraîchissantes, mais, d’emblée, nous rencontrons aussi les gens qui s’évertueront à rendre notre séjour le plus agréable possible. Tout cela reste informatif sans devenir envahissant. Une fois qu’on a fait plus ample connaissance, on sait à qui s’adresser pour les diverses facilités de l’hôtel. De prime abord, un homme sort du lot : Jowell. C’est le seul homme vêtu de blanc. C’est à lui qu’il faut adresser toute requête particulière. Envie de surprendre votre partenaire ou de faire quelque chose de spécial à deux ? L’homme déborde d’idées originales et parvient à exaucer chaque vœu avec le plus grand soin. Le petit déjeuner sur la plage, avec une cerise sur le gâteau ? Jowell est tout prêt à vous apporter aide et conseil. Toutefois, ici non plus rien n’est imposé, tout est proposé. Il suffit de ne pas oublier que Jowell, dit l’‘Imagineer’, peut donner une touche unique à votre séjour.

Concernant les facilités, on ne peut tarir d’éloges. Le Sarojin se trouve dans un domaine gigantesque, au beau milieu de jardins parfaitement paysagés. Pas un seul brin d’herbe ne pointe dans la mauvaise direction et toute feuille morte a à peine le temps de toucher le sol. Une petite armée de jardiniers s’en occupe inlassablement. Cela peut sembler anodin, mais par rapport à ce qu’on peut attendre de toutes les facilités de l’hôtel, l’attention apportée au jardin est un bon indice de qualité. Qu’on boive un verre sur la plage longue de 11 km ou qu’on se régale d’un amuse-gueule à la piscine, tout est parfait. Idem quand on veut mettre les petits plats dans les grands ; la cuisine est de qualité supérieure. De plus, les endroits où manger et boire ont tous quelque chose de spécial. Vous pouvez vous attabler à ou sur la plage, mais aussi à ou ‘sur’ la piscine. Dans ce dernier cas de figure, les terrasses pieds dans l’eau sont converties le soir en terrasses où vous pouvez dîner en toute intimité. Il n’y a que vous et votre partenaire, mis à part un personnel invisible qui veille discrètement à ce que tout se passe au mieux.

Nous recommandons vivement le petit déjeuner sur la plage. Le Sarojin ne se borne pas seulement à proposer une table parfaitement dressée, mais met aussi à votre disposition une véritable cuisine extérieure. Deux chefs au moins s’occupent des plats chauds. Il n’y a pas un chat à l’horizon ; aussi loin que porte le regard, la plage est à vous. Il n’y a que la mer, la table dressée pour deux et, à une dizaine de mètres, la cuisine extérieur avec son personnel. Bien évidemment, on vous sert d’abord du champagne et bien évidemment, vous pouvez rester là aussi longtemps que vous le voulez. Assis ou couchés, car un hamac invite à lézarder. La plupart des couples parviennent ainsi à prolonger le petit déjeuner jusqu’à l’heure de midi, voire au-delà.

Pas de chambres, mais des résidences

Ici, on ne parle pas de ‘chambres’. Les hôtes résident dans une des 56 résidences. Les résidences les plus modestes font bien vite 95 mètres carrés et les suites pas moins de 150 mètres carrés chacune. Elles comprennent toutes une salle de séjour et une chambre à coucher spacieuses et une salle de bains luxueuse avec douche à l’eau de pluie en plein air. Dehors, il y a un vaste solarium avec un bain de relaxation en pierre. L’hôtel propose d’ailleurs aussi des résidences avec piscine. En d’autres termes, dans toutes les résidences le mot-clé est intimité.

Venons-en au spa. Celui-ci est carrément impressionnant, principalement à cause de sa situation. Le spa est à moitié ouvert et intégré dans la nature. Pendant qu’on subit un des nombreux traitements, on entend l’appel du large. Une demi-journée de farniente aux petits soins dans ce spa est une expérience extraordinaire. Ce n’est pas un hasard si ce même spa a déjà été repris dans la hot list du magazine de voyage renommé Conde Nast Traveler.

Résumons. Le Sarojin est un hôtel remarquable de par sa situation, son aménagement et l’accueil réservé aux hôtes. Sa situation est unique : sur la mer Andamane et entouré de pas moins de cinq parcs nationaux. Ici, les amateurs de plongée sont à la fête, car en bateau le Sarojin n’est pas loin des îles Similan, bien connues des plongeurs. Sur terre, on trouve donc une série de parcs naturels et on a la possibilité de faire du rafting ou de monter un éléphant. Il y a en d’autres mots une multitude de choses à faire en dehors de l’hôtel, à condition qu’on veuille bien le quitter…

Le Tubkaak à Krabi

Hélas, nous n’avons d’autre choix que de quitter l’hôtel. Nous devons en effet encore visiter un troisième établissement et pour ce faire nous traversons l’intérieur des terres, avec ses vues époustouflantes, en direction de Krabi. À Krabi, le paysage est totalement différent. La ville se trouve à l’orée de forêts tropicales et quand on regarde du côté de la mer, les massifs rocheux calcaires si typiques, surgissant à pic de l’eau, en mettent plein la vue. Une centaine de ces îlots biscornus sont visibles depuis les plages de Krabi et donc aussi depuis le troisième hôtel de plage que nous visitons dans le cadre de notre reportage : le Tubkaak.

Le Tubkaak est ce qu’on appelle un ‘boutique resort’. L’hôtel est sensiblement plus petit que les deux hôtels où nous avons séjourné précédemment, et sensiblement différent aussi. Pas de design dépouillé ici, ni de jardin gigantesque avec une piscine imposante. Non, dans le Tubkaak règne une ambiance bon enfant et conviviale. Sa situation est épatante : à la plage, avec une vue spectaculaire sur les îles Hong. Ici, les couchers de soleil sont particulièrement beaux. Même l’appareil numérique le plus banal parvient à fixer les couleurs célestes les plus belles qui soient.

Les chambres de cet hôtel sont réparties dans différents pavillons. Avec leurs 40 à 60 mètres carrés elles ne sont pas aussi vastes que celles du Sarojin ou de l’Aleenta, mais elles offrent tout le confort qu’on est en droit d’attendre d’un hôtel de luxe. Les salles de bains sont spacieuses et présentent une douche extérieure. Les chambres ont aussi une terrasse, avec vue ou non sur la piscine de forme libre. La piscine apporte la fraîcheur nécessaire, mais propose aussi un jacuzzi intégré.

Au départ de cet hôtel aussi, d’innombrables excursions peuvent être organisées et à la réception on se tient prêt pour apporter aide et conseil aux intéressés. Ce qui est unique, c’est la possibilité de partir à la pêche au coucher du soleil. À cet effet, l’hôtel dispose d’un propre (petit) bateau qu’il met volontiers à la disposition de ses hôtes. De prime abord, ça ne tentera peut-être pas les jeunes mariés, mais réfléchissez donc : à deux sur un bateau, les filets dans l’eau, avec en arrière-plan le décor chatoyant d’un coucher de soleil spectaculaire, jour après jour…

Parmi les autres options, citons la visite à la ville de Krabi. Celle-ci est certes très touristique, mais si vous voulez acheter quelque chose pour faire plaisir à vos proches, vous pouvez y trouver des spécialités thaïlandaises typiques. Attention, toutefois, si vous acheter des vêtements ou des montres d’imitation : en Belgique, la possession de tels articles est bel et bien illégale. Pensez-y avant de passer le contrôle douanier chez nous.

Une autre excursion vous emmène en bateau aux îles Hong, visibles depuis l’hôtel. La traversée prend environ 15 minutes. Dans le meilleur des cas, une fois sur place vous pouvez aller vous promener tout seuls sur une petite plage. Emportez votre tuba et du vieux pain (demandez-en au personnel de l’hôtel), car les îles sont connues pour héberger des poissons bariolés qui viennent littéralement manger dans la main. À notre arrivée sur une des îles Hong, nous n’avons même pas besoin de notre tuba et nos lunettes de plongée. L’eau nous vient à peine jusqu’aux genoux que nous sommes déjà encerclés par des centaines de poissons colorés. Le spectacle dure aussi longtemps qu’il y a du pain. Les poissons filent vers des eaux plus profondes et il est temps d’aller visiter en bateau les îles voisines. Comme nous l’avons déjà précisé, les îles sont essentiellement constituées de calcaire. À cause de leurs parois à pic, il est difficile d’y pénétrer. Heureusement, il y a suffisamment de lagons où on peut tout de même débarquer. Si vous rêvez de prendre des photos spectaculaires, vous êtes ici au bon endroit. Ce n’est pas un hasard si ces îles ont déjà souvent servi de décor au cinéma. Les deux films les plus connus ayant été tournés ici sont sans aucun doute The Man with the Golden Gun (James Bond, 1974) et The Beach (2000), avec Leonardo di Caprio. Pour faire simple, dans le film avec Roger Moore l’île fut rebaptisée James Bond Island. L’endroit en question est repris dans chaque brochure de voyage sans exception et est donc extrêmement populaire. Sur place, vous pourrez constater par vous-même que des dizaines d’autres îles dans la région sont au moins aussi photogéniques.

 

 

© Sanoma Regional Belgium SA - Disclaimer - Privacy - Reglement du concours - Contact: info@lovingyou.be